Assurons notre sécurité ensemble

Préserver la qualité de vie à Bazet est l'objectif commun de l'équipe municipale. Il doit aussi être celui de tous nos partenaires, institutionnels et associatifs. La sécurité et la tranquillité publique en sont des conditions essentielles.
Pour préserver ce qui fait aussi partie de notre patrimoine commun, il faut prévenir et agir dès les premiers signes, être informé pour mieux se protéger.
Vous trouverez de nombreux conseils pratiques de prévention contre le vol, les escroqueries, les agressions dans les rubriques ci-dessous.
Adopter de bons réflexes peut être utile et sauver de nombreuses situations.

Soyez acteur de votre sécurité

Contre le vol

  • Conservez votre porte soigneusement fermée à clé.
  • Munissez votre porte d'un entrebâilleur, d’une chaîne de sécurité ou d'un judas.
  • N'ouvrez jamais à un inconnu si vous êtes seul(e).
  • Ne laissez jamais votre clé sous le paillasson ou dans une boîte à lettres.
  • Ne conservez jamais une somme importante d'argent chez vous.
  • Équipez vos baies vitrées de cales anti soulèvement.

  • Utilisez de préférence les distributeurs situés dans des sas, uniquement accessibles au moyen d'une carte bancaire.
  • Ne vous laissez pas distraire aux alentours des distributeurs de billets. Ne prêtez pas votre carte bancaire.
  • Ne communiquez pas votre code confidentiel et ne l'écrivez pas sur des papiers personnels susceptibles d'être rangés avec votre carte.
  • Ne jetez pas les facturettes de distributeurs de billets de banque, ni celles qui témoignent de tout règlement par carte bancaire
  • Dans le cas de vol ou d'utilisation frauduleuse d'une carte bancaire ou de vos coordonnées, vous serez dédommagé, quel que soit le montant de la fraude, toutefois s'il est prouvé que vous avez commis une faute ce montant reste à votre charge.

Si votre carte de crédit a été volée contactez :
Numéro National Carte bleue ou Visa
0 892 705 705
Depuis l'étranger +33 442 605 303

Opposition au chéquier :
Infos escroqueries
0 805 805 817
du Lundi au Vendredi de 9h à 18h30

  • Évitez de porter sur vous de l'argent, sinon placez-le dans les poches intérieures de vos vêtements et évitez de placer les valeurs que vous détenez dans les poches latérales ou arrières de vos vêtements.
  • Évitez de manipuler de l'argent en public.
  • Privilégiez le port d'un sac de petit volume. Répartissez vos moyens de paiement en plusieurs endroits (sacs, poches, etc).
  • Privilégiez les paiements en chèques bancaires ou postaux.
  • Soyez discret si vous devez encaisser de l'argent. Seniors, prenez garde aux personnes mal intentionnées. Si vous le pouvez, faites-vous accompagner, Si vous circulez à pied, évitez de marcher sur le bord du trottoir pour ne pas vous exposer au vol à l’arraché de votre sac à main.
    Utilisez de préférence un sac en bandoulière.
  • Soyez attentif à porter votre sac côté façade immeuble.
  • Pour les cartes de crédit : gardez secret leur numéro de code, ne jetez pas les reçus, notez le numéro de la carte en lieu sûr, pour faire opposition en cas de vol ou perte.
  • Soyez particulièrement vigilant dans les lieux fréquentés, dans les halls d'immeuble, les impasses, les portes cochères, lorsque vous retirez de l'argent dans les distributeurs automatiques de billets (veillez à composer votre code confidentiel à l'abri des regards indiscrets), faites attention aux fausses bousculades.
  • Au volant : ne déposez pas une sacoche, un sac ou un paquet sur le siège passager, évitez les parkings mal éclairés, la nuit ou dans les zones sombres, condamnez l'ouverture des portes.
  • Afin de réduire les risques d'agression, les agents du service municipal de police peuvent être sollicités, notamment si vous êtes âgé, pour vous accompagner à votre domicile (lorsque vous venez de percevoir une somme importante à la poste par exemple).

Vous partez en congés ou en week-end, ou tout simplement pour la journée, pensez à :

  • Verrouiller votre porte à clé.
  • Fermer toutes les issues : fenêtres, volets, portails, velux.
  • Ne pas laisser d'objets de valeurs à la vue du tout-venant. En cas d'absence prolongée, ne pas conserver de bijoux ou d'objets de valeur à votre domicile.
  • Ne pas laisser à portée de main des informations pouvant aider le voleur, numéro carte bancaire, code accès, document administratif, échelle, outillage, clés de voiture ou d'annexes de votre domicile (cabanon de jardin, garage, etc....).
  • Ne pas signaler votre absence par des mots écrits sur votre porte ou par messages téléphoniques indiquant précisément le temps de votre absence. Utilisez plutôt le renvoi d'appel.
  • Prévenir vos proches et voisins de votre départ.
  • Créer une illusion de présence par une lumière, un fond sonore, le passage régulier de vos voisins.
  • Dans la mesure du possible, ne pas laisser votre courrier s'amonceler dans votre boîte à lettres.
  • Confier vos clés à une personne de confiance. Ne jamais les laisser sous un pot de fleur, derrière les volets, sous le paillasson, dans votre boîte à lettres. Prendre une photo de vos meubles et objets de valeur, relever les marques et numéros de série de votre matériel. N'hésitez pas à utiliser les dispositifs anti-intrusion (alarmes, détecteurs de présence, vidéo protection). La surveillance électronique est un complément à une bonne protection mécanique. L'installation d'alarmes avec sirène extérieure doit être effectuée avec du matériel homologué. Il est recommandé d'adresser un courrier à la gendarmerie nationale :

Communauté de Brigades de Gendarmerie de Tarbes
27 rue Massey
65000 TARBES


En précisant l'adresse du domicile placé sous surveillance électronique et la personne à contacter en cas de déclenchement d'alarme.
Attention ! Les systèmes « bricolés maison » conduisent au déclenchement intempestif de sirènes mal réglées.

Attention aux fausses publicités
Il est fréquent de trouver dans sa boîte aux lettres des tracts intitulés « numéros utiles » sous couvert d'une fausse identité institutionnelle (le plus souvent la mairie).
Ces tracts diffusent des numéros de sociétés dépannage qui ne sont absolument pas fiables et sont responsables de nombreuses escroqueries :
Frais d'intervention hors de prix, vols au domicile, etc
Soyez prudents en évitant d'utiliser les informations véhiculées sur ces supports !

Laisser des objets en évidence dans votre véhicule augmente les risques de « vol à la roulotte ». Quelques précautions simples vous aideront à mieux vous protéger contre ce type de vol.

Ne laissez rien en évidence :

  • Garez votre véhicule dans une zone éclairée.
  • Bloquez la « direction », fermez vitres, portières et coffre.
  • Enlevez tout objet pouvant attiser la convoitise (portables, appareils-photos, vêtements). Ne laissez pas la carte grise dans le véhicule.
  • Auto radio s'il est amovible, emportez-le systématiquement, sinon emmenez la façade.
  • Ne conservez pas à l'intérieur du véhicule votre code démarrage sur un papier.
  • Munissez-vous d'un système antivol (coupe circuits, etc…).
  • Avant l'installation d'alarmes sonores, consultez votre compagnie d'assurances et veillez à exiger de votre installateur un dispositif d'alarme agréé

Si vous vendez votre voiture :
Lors de l'essai, ne laissez pas l'acheteur potentiel seul dans le véhicule. Si vous quittez le siège conducteur, conservez les clés de contact.
Demandez un chèque de banque pour le règlement.
Si l'acheteur vous communique un numéro de téléphone pour le joindre, vérifiez auprès de France Télécoms qu'il ne s'agit pas de celui d'une cabine publique.
Barrez la carte grise en précisant la date et l’heure de cession


EN CAS DE VOL DE VOTRE VEHICULE


Déposez plainte Faites changer les codes éventuels d'anti-démarrage (vérifiez que cela soit possible à distance).
En cas de découverte du véhicule, vérifiez bien la plaque du constructeur ou que toute autre plaque d'immatriculation n'a pas été dérobée.
Déclarez le vol à votre société d'assurance par lettre recommandée, avec accusé de réception, dans les deux jours ouvrés.

De nombreux habitants de la commune ont subi des escroqueries suite à de faux démarchages.

  • Équipez si possible votre porte d'un système de fermeture fiable, d'un viseur optique et d'un entrebâilleur.
  • Ne vous fiez pas au seul uniforme d'un individu.
  • Soyez vigilant lorsque des employés du gaz, de l'électricité, de la poste, des opérateurs pour des lignes internet ou téléphoniques, des policiers ou des gendarmes se présentent chez vous. Même lorsqu'ils sont en uniforme, exigez une carte professionnelle.
  • Ne laissez rentrer personne si vous avez le moindre doute. Si une société se réclame de la mairie, sachez que la mairie ne recommande aucune entreprise. Vérifiez la venue de toute personne auprès de l'organisme d'origine (EDF, France Telecom, bailleur...).
  • Appelez le numéro en votre possession et jamais celui de la personne qui se présente ou vous appelle.
  • Évitez d'acheter sur la base d'un démarchage à domicile.
  • Ne signez aucun document dont le sens ne vous semble pas clair.
  • Ne délivrez pas de chèque d'acompte, ni espèces.
  • Vous disposez d'un délai de 7 jours pour vous rétracter en cas de signature.

Séniors, protégez-vous

Les bons gestes lorsque vous êtes chez vous

Gardez le contact avec des personnes qui pourraient vous aider en cas de difficulté importante. Pensez à garder à proximité de votre téléphone les numéros d'appel utiles. Vous pouvez également les mémoriser dans votre téléphone.
La nuit, un téléphone installé près de votre lit vous évitera des déplacements inutiles (gardez à votre portée une lampe de poche).
Il existe des sociétés de téléassistance, n'hésitez pas à faire appel à leurs services pour vous aider.
Signalez au commissariat de police ou la brigade de gendarmerie tout fait suspect pouvant laisser présager la préparation ou la commission d'un
cambriolage.

La téléassistance

La téléassistance est un équipement permettant par simple pression sur le bouton d'un médaillon (à porter autour du cou) ou d'un bracelet montre, d'entrer immédiatement en contact avec une plate-forme d'écoute. Qu'il s'agisse d'une chute, d'un problème médical ou d'insécurité, selon l'urgence de la situation, la plate-forme dépêche aussi rapidement que possible des spécialistes à votre domicile (pompiers, Samu, gendarmerie, etc...), ou prévient des « parrains » afin de vous porter secours.
Ces parrains peuvent être des voisins, des amis, des membres de la famille pouvant disposer des clefs de votre habitation. Leur accord est nécessaire car ils seront contactés par la société en charge de la prestation pour vous venir en aide.
N'hésitez pas à contacter le secteur Seniors de la direction de l'Action sociale, de la santé et des solidarités de la commune pour toutes informations
complémentaires.

Vous êtes victime, témoin...

Témoins ou victime d'un délit, comment réagir


Si vous êtes victime ou témoin d'un délit, la première chose à faire le plus rapidement possible est d'appeler la police en composant le 17, appel gratuit.
Pour un appel efficace, trois informations sont essentielles :

  • l'adresse exacte du déroulement des faits
  • La nature du problème
  • Tous les éléments de nature à aider les intervenants (nombre d'auteurs, armes, etc...)

Les quelques marches à suivre selon les cas peuvent également vous être utiles.

En cas de vol de documents :

La première démarche à faire est de renouveler votre carte d'identité : présentez-vous en personne au service de la population et citoyenneté dans une des 14 mairies adaptées muni de :

  • Deux photos d'identité identiques de moins de trois mois (format 35 mm x 45 mm en couleur, tête nue, de face, sur fond clair et sans lunettes).
  • La déclaration de vol (elle se fait au commissariat de police).
  • Si possible, un document officiel avec photographie (ex : permis de conduire, passeport, carte professionnelle, etc...).
  • Si la carte d'identité volée était périmée : fournir un acte de naissance daté de moins de 3 mois ou un passeport périmé depuis moins de 2 ans.
  • Si la carte d'identité volée était en cours de validité : inutile de fournir un justificatif d'état civil.
  • D’un justificatif de domicile de moins de 3 mois à votre nom (avis d'imposition, quittance de loyer, facture EDF, etc.) ou si vous habitez chez une tierce personne, un justificatif de son identité, une lettre certifiant que vous habitez chez elle depuis plus de 3 mois et un justificatif de domicile de moins de trois mois.
  • Une copie intégrale de l'acte de mariage de moins de 3 mois pour les femmes mariées ou veuves souhaitant faire apparaître leur nom d'épouse.

Attention ! Il faut au moins un mois pour obtenir une carte d'identité. En attendant, c'est votre acte de naissance, à demander à la mairie de
votre lieu de naissance qui attestera de votre identité.

En cas d'agression :

Alertez les passants - Essayez de faire fuir votre agresseur en faisant un maximum de bruits (cris, sifflet).
LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE FAITES APPEL AU 17 POLICE SECOURS (appel gratuit) Dans la mesure du possible :
Précisez le lieu de l'agression et le nombre d'agresseurs.
Donnez le signalement : sexe, type, âge, coupe et couleur de cheveux, taille et corpulence, tenue vestimentaire, signes particuliers (exemple le port de
lunettes, cicatrice).
Indiquez : la direction de fuite, le moyen de fuite, pour un véhicule la couleur, la marque et éventuellement le numéro d'immatriculation (même partiel).

Vous êtes victime d'une infraction :

Porter plainte permet d'informer le procureur de la République d'une infraction (vol, viol, violences, etc) dont vous estimez avoir été la victime. Déposer plainte rapidement augmente les chances d'interpellation des auteurs des faits. Lors de votre dépôt de plainte, munissez-vous (si possible) de documents relatifs aux faits dont vous avez été victime : documents décrivant les objets volés, certificat médical, etc.
Auprès de qui faire cette démarche ?

Au commissariat de TARBES - 05 62 44 31 31 - 28 rue Georges Clemenceau - 65000 TARBES
Ou auprès de la gendarmerie nationale 27 rue Massey à TARBES 65000


Il est également possible de déposer plainte sur rendez-vous.

La Justice, vos droits

Pour connaître vos droits, vous pouvez vous adresser à des professionnels et à des services spécialisés dont la mission est de vous informer, vous conseiller et défendre vos intérêts :
Le Centre Départemental Accès au Droit des Hautes-Pyrénées (CDAD), le conciliateur de justice, le défenseur des droits (anciennement dénommé médiateur de la République), l'avocat sont les plus connus.
Mais il existe également d'autres services utiles à connaître :

  • Service d'aide aux victimes, commission d'indemnisation des victimes d'infractions pénales, juridictionnelle, assurance de protection juridique.

Une adresse pour conseiller et aider les justiciables par un soutien juridique, social et moral.
Une adresse d'exercice local de l'activité judiciaire :
Par exemple, le conciliateur de justice qui intervient pour tenter de régler un conflit civil (voisinage, logement, consommation) entre deux personnes.
Une adresse pour l'information sur les droits et obligations de chacun, d'éveil à la citoyenneté et de prévention de la délinquance :


Palais de Justice
6 bis rue Maréchal Foch
65000 TARBES
05 62 34 96 73 sur RDV ou www.cdad-hautespyrenees.justice.fr

Autorité indépendante, le défenseur des droits a pour mission de rechercher un règlement amiable à des différends entre administrés et les administrations de l'État et tout organisme investi d'une mission de service public. Il n'intervient jamais dans un litige entre personnes privées, ou entre un agent public en activité et l'administration qui l'emploie. Il n'interfère pas dans le déroulement d'une procédure juridictionnelle, ni pour remettre en cause le bien-fondé d'une décision de justice.
Tous les particuliers, quelles que soient leur nationalité, leur âge et leur domicile, ainsi que les personnes morales peuvent le saisir. Après avoir effectué une démarche d'explication auprès de l'administration en cause, le réclamant doit constituer un dossier comportant l'exposé clair du litige et toutes les pièces concernant l'affaire, et le remettre au député ou au sénateur de son choix. Celui-ci le transmettra au défenseur des droits s'il le juge opportun.
Les défenseurs des droits peuvent aussi régler par eux-mêmes un grand nombre de litiges ou orienter les personnes. Il peut être saisi avant, pendant ou après une procédure engagée devant la justice. Le recours au défenseur des droits est gratuit.

Le rôle du conciliateur est avant tout de libérer les tribunaux des affaires qui peuvent se régler à l'amiable. N'importe quel habitant, quel que soit sa nationalité, peut venir le voir. Le conciliateur est compétent pour tous les conflits de droit privé : des litiges entre fournisseurs et clients, entre propriétaires et locataires (loyers impayés....) des conflits, de voisinage (nuisances sonores....) des problèmes familiaux (sauf divorce). Pour le
rencontrer, il suffit de prendre rendez-vous.
Le conciliateur écoute la personne exposer son problème. Il est tenu par un devoir de confidentialité. Il peut se contenter d'un rôle de conseil, mais le plus souvent il tente de rapprocher les points de vue en faisant des propositions. Il invite alors l'autre protagoniste à le rencontrer. Il a aussi la possibilité d'aller sur le terrain ou de revoir les personnes plusieurs fois. Si un accord est trouvé, il rédige un « constat » qui engage juridiquement les deux parties.


Monsieur CROZAT Jean-Jacques
06 87 77 41 83
MAIRIE - Place Jean Jaurès
65320 BORDERES SUR L'ECHEZ - 05 62 38 94 93

L'avocat étudiera les faits pour savoir s'ils constituent une infraction, il vérifiera la solidité de vos arguments et de vos preuves. Il vous conseillera sur les démarches à suivre pour être indemnisé. Dans le cadre d'un procès, il peut vous assister et vous représenter.
Si vos ressources sont modestes, vous pouvez, sous certaines conditions, bénéficier de l'aide juridictionnelle.

Pour votre sécurité

Le rappel à l'ordre est une injonction adressée par le maire, dans le cadre de son pouvoir de police. En agissant sur les comportements individuels et le plus en amont possible, il a pour objectif de mettre un terme à des faits qui, ne constituent pas de crimes ou de délits, mais qui peuvent y conduire. Le rappel à l'ordre n'étant pas une mesure judiciaire, il ne donne pas lieu à inscription au casier judiciaire. En revanche, son prononcé peut être suivi d'un retour au parquet territorialement compétent.
Les suites possibles sont les suivantes notamment dans le cas de carence à la convocation ou de réitération des faits :

  • Orientation vers différents dispositifs d'aide ou dispositifs de prévention signalement au parquet.
  • Transmission d'une information préoccupante au conseil départemental dans la situation d'un mineur semblant se trouver en situation de danger éducatif du fait de la carence des parents.

La gendarmerie nationale est un service public qui a la responsabilité de la sécurité et de la tranquillité publique. Elle dépend du ministère de l'intérieur.
La commune de Bazet dépend du groupement de brigades de gendarmerie de Tarbes.

Dans quels cas s'adresser à la gendarmerie ? :

 

  • Pour faire une déclaration de perte ou de vol (carte nationale d'identité, permis de conduire, passeport, carte bleue, véhicule, effraction du domicile).
  • Pour déposer plainte.
  • Pour déposer une main courante (simple déclaration pour consigner et dater des faits dont vous avez été victime).
  • Pour rapporter un objet trouvé (papier identité, permis de conduire, sac).
  • Pour s'inscrire au dispositif « Opération tranquillité Vacances » (OTV).

Si vous vous absentez durant les vacances, les services de la gendarmerie nationale peuvent à votre demande, surveiller votre domicile au cours de patrouilles quotidiennes.

Vous êtes victime d'une infraction ? :


Vous êtes victime d'une infraction (agression, violence conjugale, escroquerie, cambriolage dégradation de biens...) rendez-vous directement dans un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie pour y faire une déposition.
En cas d'urgence, composez le 17 (police-gendarmerie) ou le 112 (numéro appel d'urgence valable dans l'union européenne).
Cette démarche peut être effectuée 24h sur 24H.

La plainte est une démarche juridique. Votre plainte sera transmise au procureur de la République.
Elle engage une procédure visant à obtenir des réparations. Mais pour obtenir réparations, la plainte ne suffit pas : il faut se porter partie civile. Toute personne victime d'une infraction peut déposer plainte. Si les faits dont vous êtes victimes constituent une infraction, la réception d'une plainte ne peut vous être refusée. Un récépissé de dépôt de plainte doit être immédiatement remis au plaignant s'il en fait la demande. En cas d'urgence (accident de la route, agression, trouble à l'ordre public, cambriolage...) composez le 17 ou le 112 (N° appel européen).
Où déposer plainte ?


Commissariat de TARBES
28 rue Georges Clemenceau 65000 TARBES
Tribunal de grande instance de Tarbes
6 bis rue Maréchal Foch 65000 TARBES


Dans quels cas déposer plainte ? :
 

Toute personne victime d'une infraction peut porter plainte, y compris si elle est mineure. Si vous avez été victime d'un vol, d'une atteinte à vos biens, d'une escroquerie, d'une agression avec coups et blessures : vous pouvez porter plainte.

Comment déposer une plainte ?
 

Il est possible de déposer plainte dans tous les commissariats de police et toutes les brigades de gendarmerie de France, quel que soit le lieu de l'infraction. En revanche, il n'est pas possible de déposer plainte auprès de la police municipale. Vous pouvez également adresser, sur papier libre, une lettre au procureur de la République au tribunal de grande Instance du lieu de l'infraction. La lettre doit comporter : l'état civil complet du plaignant, le récit détaillé des faits, la date et le lieu de l'infraction, le nom de l'auteur présumé s'il est connu du plaignant (à défaut, il convient de déposer plainte contre X), les noms et adresses des éventuels témoins de cette infraction, la description et l'estimation provisoire ou définitive du préjudice, les documents de preuve à disposition : certificats médicaux constatant les blessures, arrêt de travail, factures diverses, constats en dégâts matériels Un mineur peut porter plainte en adressant un courrier au procureur de la République, en utilisant le téléservice de préplainte en ligne (voir ci-dessous) en se rendant lui-même (seul ou accompagné) dans un commissariat de police ou une brigade de gendarmerie. Un mineur peut aussi laisser ses représentants légaux (parents ou tuteur) porter plainte à sa place.

La pré-plainte en ligne :


Depuis mars 2013, vous avez la possibilité de déposer plainte sur Internet. Seules les atteintes contre les biens de la victime dont on ne connaît pas le ou les auteurs des faits (vols, dégradations, escroqueries) sont concernées. Les situations d'urgence qui nécessitent une intervention immédiate ne doivent pas passer par la pré-plainte en ligne. La victime effectue sa télé déclaration en renseignant un formulaire guidé comportant des rubriques obligatoires sur le site www.pre-plainte-en-ligne.gouv.fr. Cette démarche vise essentiellement à vous faire gagner du temps lors de la présentation au service choisi. En effet, pour qu'elle soit enregistrée comme une plainte, il vous faut signer cette déclaration dans une unité de gendarmerie ou un service de police que vous allez choisir. Si vous ne le faites pas, les informations que vous avez transmises par Internet seront effacées dans un délai de 30 jours.

Leur mission principale est de protéger les personnes, les biens et l'environnement. Les sapeurs-pompiers sont des personnes entraînées à combattre le feu et à proposer une gamme de secours divers (inondations, accidents, sauvetage). Il existe un centre de secours à Bordères sur l'Echez.

Leurs missions de compétences exclusives :

  • La prévention et l'évaluation des risques de sécurité civile.
  • La préparation des mesures de sauvegarde et l'organisation des moyens de secours.
  • La protection des personnes, des biens et de l'environnement.
  • L'assistance et les secours d'urgence aux personnes en détresse ou victimes d'accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation.

Leurs missions de compétences partagées :

  • La protection et la lutte contre les autres accidents, sinistres et catastrophes.
  • L'évaluation et la prévention des risques technologiques ou naturels.
  • Les secours d'urgence.

Pour une urgence composer le 15 pour le SAMU et le 18 pour les pompiers ou le 112 (numéro d'appel d'urgence valable dans l'union européenne)
Avec votre téléphone portable, vous pouvez joindre les numéros d'urgence gratuitement et même sans carte SIM.


Dans quels cas appeler les sapeurs-pompiers ?

  • Pour un feu
  • Pour une fuite de gaz
  • Pour un accident
  • Pour un blessé ou un malade dans un lieu public
  • Pour une noyade
  • Pour une asphyxie
  • Pour un effondrement ou une inondation
  • Dans tous les cas où une vie est en danger

Le 119 « Allô Enfance en Danger » :


Le 119 est le numéro national dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger. Joignable 24 h/24h, 7 jours sur 7, appel gratuit depuis tous les téléphones.
Le 119 n'apparaît pas sur les factures détaillées, garantissant le secret de l'appel.


Le cyberharcèlement c'est quoi ?


C'est se faire insulter ou de se moquer de quelqu'un de façon répétée par internet ou en utilisant le téléphone.
Que faire ?
Sauvegarder toutes les preuves du harcèlement. Si vous avez des « emails » insultants ou que des insultes sont postées sur votre profil ou votre blog, sauvegardez-les pour vous en servir comme preuve.
Trouvez le bouton de signalement du site sur lequel vous recevez des messages. Ainsi ils seront supprimés et vous pourrez empêcher cette personne de vous contacter. Ne répondez pas ou n'essayez pas de vous venger de ce que l'on a pu vous dire ou vous faire, cela pourrait empirer la situation. Si vous ne répondez pas, l'harceleur laissera tomber facilement. Si le harcèlement est vraiment très grave et si les mesures prises ne suffisent pas, il faudra alors porter plainte, muni de preuves que vous aurez conservées.

la loi vous protège

Appelez le 3919 appel anonyme et gratuit.
Vous pouvez entreprendre des démarches auprès de :

  • De la gendarmerie ou du commissariat de police, où un agent spécialisé vous entendra
  • D'un médecin
  • D'un avocat
  • D'associations spécialisées
  • Aid'Victimes : Association des Hautes Pyrénées d’aide aux victimes – 2 rue André Fourcade -TARBES -05 62 51 98 58
  • ABAVEM : Association Bigourdane d’Aide aux Victimes et Médiation pénale - 2 Bis rue André Fourcade – 65000 TARBES- 05 62 51 98 58

Vous pouvez porter plainte au commissariat ou auprès du procureur de la République. Vous avez intérêt à déposer plainte tout de suite après les faits, ce qui permettra à la justice de prendre des mesures immédiates pour assurer votre sécurité et celle de vos enfants. Cette démarche enclenche une action judiciaire. Si vous ne souhaitez pas porter plainte immédiatement vous pouvez faire consigner les faits :

  • Au commissariat de police sur le registre « main courante » (conservez-en la date et le numéro d'enregistrement)
  • Auprès d'un médecin, qui constatera les violences.
  • Faire pratiquer un examen au service d'urgence de l'hôpital le plus proche de chez vous ou chez un médecin. Cet examen permet :
  • De faire constater les traces de coups, les blessures et le traumatisme psychologique.
  • D'établir un certificat d'arrêt de travail précisant une éventuelle incapacité totale de travail (ITT) que vous exerciez ou non une activité professionnelle.

L'ordonnance de protection :


Depuis la loi du 9 juillet 2010 relative aux violences faites aux femmes, une ordonnance de protection peut être prise par le juge des affaires familiales, avant même le dépôt d'une plainte par la victime. Cette ordonnance permet de prendre des mesures d'urgence (résidence séparée, interdiction d'entrer en contact avec la victime, modalité d'exercice de l'autorité parentale). Des permanences gratuites du Centre d'informations
sur le Droit des Femmes et des Familles (CIDFF) sont organisées régulièrement pour informer les victimes de ce dispositif. Depuis octobre 2013,un dispositif à destination des femmes en très grand danger peut être mis en place. Destiné aux femmes victime de violences de la part de leur compagnon ou ex-compagnon, l'appareil permet de contacter un professionnel chargé de rassurer la personne ou de déclencher l'intervention des forces de l'ordre. La préfecture, le conseil général, les villes, les parquets et les tribunaux de grande instance, les services de gendarmerie et de la direction départementale de la sécurité publique, le CIDFF, Orange et Mondial Assistance sont les partenaires de cette action.


Conseil départemental d’Accès au droit 65
Palais de Justice – 6 bis rue du Maréchal Foch – 65000 TARBES
Centre d’Information Départemental sur les droits des Femmes et Familles
Résidence Baudelaire, 6 rue Arthur Rimbaud – 65000 TARBES -
05 62 93 27 70

Mieux vivre ensemble

De jour comme de nuit, dans les lieux publics et privés, veillez à ne pas faire de bruits intempestifs ou excessifs, par respect du voisinage.


Qu'est-ce qu'une nuisance sonore ? :


Une nuisance sonore est un bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage par sa durée, sa répétition ou son intensité. Elle peut aussi être causée
par des cris d'animaux (aboiements continus de chiens). Les travaux momentanés de bricolage ou de jardinage réalisés à l'aide d'outils ou d'appareils susceptibles de causer une gêne pour le voisinage (tondeuse, perceuse...) ne peuvent être effectués que :


Les jours ouvrables de 8h30 à 12 h et de 14h30 à 19h30
Les samedis de 9h à 12h et de 15h à 19h
Les dimanches et jours fériés de 10h à 12h et de 16h à 18h


Suivre le lien suivant concernant le bruit du voisinage.
Et notamment l'arrêté préfectoral


Vous êtes victime d'une nuisance sonore ? :


Privilégiez la démarche amiable.
Si les nuisances persistent, signalez le problème à la gendarmerie : les gendarmes peuvent constater le problème. Vous pouvez ensuite déposer une
main courante (plus de renseignements dans la rubrique « gendarmerie nationale »).
À votre domicile, veillez à ne pas faire de bruit excessif pour respecter mon voisinage. En cas de non-respect, vous vous exposez à une amende de 68€ (pouvant aller jusqu'à 450 €).
Dans la rue, soyez respectueux de vos concitoyens en ne créant pas d'agitation. En cas de non-respect, vous vous exposez à une amende de 68 € (pouvant aller jusqu'à 450 €)

Pouvoir partager les espaces publics suppose le respect du code de la route et des règles de stationnement lorsqu'on circule en voiture. Se garer sur les trottoirs, passages piétons, pistes cyclables est interdit. Ces stationnements sont dangereux et peuvent provoquer des problèmes d'accessibilité pour les sapeurs-pompiers ou les interventions des services d'urgence.

Pour la sécurité de tous, piétons et automobilistes, chacun doit veiller à respecter le code de la route. La tranquillité est l'affaire de tous. N'hésitez pas à signaler tout véhicule-tampon, en état d'épave ou en stationnement abusif...


Bon à savoir :


Adressez-vous à la gendarmerie nationale qui est compétente pour tous les enlèvements de véhicules. Ne garez pas votre véhicule sur un stationnement gênant. En cas de non-respect 135 € d'amende et mise en fourrière. Si vous êtes valide, ne garez pas votre véhicule sur un stationnement «handicapé». En cas de non-respect 135 € d'amende et mise en fourrière.
Respectez la circulation des piétons, vélos et transports en commun en ne vous garant pas sur leurs espaces réservés (pistes cyclables). En cas de non respect135 € d'amende et mise en fourrière.

Pour bien circuler ensemble.

Quel que soit le mode de transport que vous affectionnez : à pied, à vélo, en 2 roues ou dans les transports en commun, nous partageons quotidiennement l'espace public. Pour une cohabitation sereine, il est important de connaître les règles de bon sens et de sécurité.

À pied :

Empruntez les passages piétons pour traverser une route. Vérifiez toujours l'environnement avant de traverser.

À vélo :

Ne roulez pas sur les trottoirs, respectez le code de la route et utilisez les pistes cyclables dans la mesure du possible.
Pour être en sécurité et parce que c'est obligatoire, entretenez votre vélo (éclairage obligatoire). En cas de non-respect : amende de 17 €. Pour leur sécurité, je ne laisse pas les enfants jouer sur la voie publique.

Le saviez-vous ?

À vélo, le port du casque est fortement conseillé. Depuis le 1er septembre 2008, un gilet retro réfléchissant est obligatoire hors agglomération pour tous les cyclistes circulant de nuit. Il est ainsi visible à 150 m contre 20 m sans le port du gilet. La circulation en vélo est interdite sur l'espace réservé aux piétons. (Trottoirs, passage piéton, etc).

À trottinette :

Des règles strictes de circulation sont à respecter.
Télécharger la règlementation ici


En transports en commun :


Respectez les autres voyageurs. Les incivilités, agitations ou fraudes dans le bus participent au sentiment d'insécurité.
La conduite d'engins non homologués pour une circulation sur la route (quads, Pocket bike.) est interdite. La municipalité dans le cadre de son Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance pourra, en cas de débordements, faire appliquer les arrêtés d'interdiction pour les quads homologués. En cas de non-respect : 1 500 € de contravention, le véhicule est saisi puis détruit.
Le débridage des véhicules motorisés est sanctionné en raison des risques d'accidents et des nuisances engendrées. En cas de non-respect : il s'agit d'un délit, le véhicule peut être saisi.

il existe des règles de vie communes

Réglementation en matière de chiens dangereux et de chiens mordeurs :
La détention de chiens de catégories 1 ou 2 (considérés comme dangereux) est soumise à déclaration et autorisation.
Vous devez vous présenter à la mairie muni des pièces suivantes :

  • Pièce d'identité (certificat de majorité).
  • Identification du chien (carte d'identification).
  • Carnet de vaccination à jour (antirabique).
  • Certificat de stérilisation (pour les chiens de 1ière catégorie).
  • Attestation d'assurance (responsabilité civile pour dommage causé à un tiers).
  • Évaluation comportementale du chien (vétérinaire agréé de la préfecture).
  • Attestation d'aptitude à détenir pour un chien catégorisé (l'attestation est délivrée par un formateur agréé dont la liste se trouve sur le site web de la préfecture .
  • Attestation sur l'honneur d'absence de tout antécédent judiciaire.
  • Attestation sur l'honneur de propriété et garde non retirée du chien.

À l'issue de cette procédure, il vous sera rédigé un permis de détention.
Les prescriptions applicables aux chiens mordeurs visent à évaluer leur comportement en société et le risque éventuel qu'ils pourraient représenter, notamment au regard de la rage. Ainsi tout propriétaire ou détenteur de chien doit :

  • Déclarer à la mairie tout fait de morsure d'une personne.
  • Mettre son animal sous surveillance sanitaire.
  • Soumettre son animal, pendant cette période de surveillance, à une évaluation comportementale.

Afin que chacun puisse se promener dans un des lieux de promenade, marcher dans le village et que nos amis les chiens puissent être acceptés, les propriétaires se doivent de ramasser les déjections de leur animal. Les déjections canines peuvent transmettre la toxocarose, une infection naturellement transmissible de l'animal à l'homme. Les enfants plus vulnérables peuvent facilement être touchés par cette maladie en jouant dans l'herbe.
Chaque maître doit donc pleinement remplir son rôle pour une cohabitation agréable entre riverains et animaux.

Closing Tab